Que dit-on de moi dans le royaume ?

Par • 30 Jan 2012 • Rubrique: Affaires communales, Humour - Humeur

Version moderne du monarque interrogeant ses conseillers, le Maire s’offre un sondage aux frais de ses administrés.

Le Maire, sans doute inquiet pour son avenir, lance d’ores et déjà sa campagne électorale aux frais du contribuable. L’addition sera salée pour les Cugnalais d’ici 2014, année des prochaines élections municipales.

Après avoir dénoncé le coût prohibitif de l’opération médiatique du Tour de France, nous avons contesté le recrutement inutile d’un journaliste (coût : 50 000 € par an).

De même, nous avons protesté lorsque le Maire a diffusé son bilan de mi-mandat sur papier glacé, pensant sûrement le rendre plus brillant qu’il n’est en réalité.
Ne se refusant rien, il s’offre à présent, toujours avec l’argent des contribuables, une enquête sur sa popularité. En effet, depuis quelques jours, les Cugnalais sont interrogés par l’institut de sondage BVA (aux mains de Laurence Parisot).
Cette opération extrêmement coûteuse a été lancée, comme beaucoup d’autres, sans qu’il y ait eu débat en Conseil Municipal.
Il est à craindre, hélas, que la folie médiatique du Maire ne s’arrête pas là.

Marqué comme: ,
SC

, le comité de rédaction de Servir Cugnaux
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Une Réponse »

  1. N’est-ce pas interdit ? Les partis devraient prendre en charge ces sondages.
    Cela rappelle l’affaire des sondages de l’Élysée.
    Sinon BVA n’est pas aux mains de Laurence Parisot