L’AFFAIRE DE LA PRIVATISATION DE L’AÉROPORT DE BLAGNAC.

Par • 6 Mar 2015 • Rubrique: A la Une, Affaires communales, Points de repère, Service public

Ce dossier présente de multiples facettes qui expliquent que les opposants puissent se mobiliser pour des motifs différents qui s’articulent autour de 3 thèmes principaux.

Pour vous aider à vous faire une opinion, vous trouverez développé ci-après un argumentaire et des références, sur les divers points de l’affaire.

Les nuisances:
Pour les riverains des deux aéroports Blagnac et Francazal, un triplement du trafic est prévu.

Les dangers :
Pour les riverains, une augmentation du trafic augmente la probabilité d’accidents.
Pour AIRBUS INDUSTRIE qui utilise les pistes.
Pour l’indépendance et les intérêts de notre économie locale.

Les scandales :
Une privatisation masquée. Un pacte secret d’actionnaires. Des capitaux douteux provenant de paradis fiscaux. Des affaires de corruption de SNC-Lavalin Inc. Des soupçons de corruption sur le dossier lui-même.

LES NUISANCES.

Les exploitants prévoient la création d’un Hub, qui, avec Francazal, ferait de l’aéroport une plate-forme de niveau équivalent à celui d’Orly, où se développeraient le transit passagers, le fret, les vols nuit. Ils prévoient de tripler le trafic actuel.
C’est sur cet aspect des nuisances et aussi sur la sécurité que se battent les collectifs de riverains:
– Collectif contre les nuisances aériennes de l’aéroport de Toulouse Blagnac. Cliquez ici.
– Voir aussi la pétition. Cliquez ici.
– Collectif Francazal : Cliquez ici.

Soulignons qu’une plateforme de transit n’apporte rien à l’économie locale en dehors de faire fonctionner l’aéroport lui-même au profit des boutiques et des actionnaires.

PRIVATISATION MASQUÉE :

L’état possède aujourd’hui 60% des parts de l’aéroport de Toulouse Blagnac, le reste aux collectivités locales. Dans un premier temps 49.9% des parts sont cédées au groupement formé par la société canadienne SNC Lavalin et le consortium chinois Symbiose ce qui a fait dire à Emmanuel Macron avec aplomb : « il ne s’agit pas d’une privatisation»……
On a tenté de nous tromper.
Dans en délai de 3 ans les 10,1% conservés par l’état devraient être cédés (plan initial).
De plus, on imagine bien qu’avec 49,9% des parts le consortium a déjà les pleins pouvoirs.

PACTE SECRET D’ACTIONNAIRES

Comme si ce n’était pas suffisant, dès la cession des 49.9%, l’état s’engageait à voter dans le sens des repreneurs pour valider leurs propositions, abandonnant de ce fait toute action de blocage.
– Voir l’affaire révélée par Médiapart en décembre 2014
: Cliquez ici.
– Et aussi sur France Info : Cliquez ici.
– Voir action en nullité contre le Pacte d’actionnaires: Cliquez-ici.

Actuellement les collectivités locales se battent pour que l’état ne vende pas ses 10.1% de parts et puisse exercer son action de blocage déjà bien fragile face au consortium

DES GROUPES PLUS QUE DOUTEUX :

L’exploitation va être cédée à un consortium composé de sociétés chinoises implantées dans des paradis fiscaux (Iles Vierges Britanniques et Hong-Kong) et d’un groupe canadien SNC-Lavalin Inc radié pour dix ans par la Banque mondiale, pour des faits graves de corruption.
– Voir l’article de Laurent Mauduit dans Médiapart Cliquez ici.
Communiqué de la banque mondiale 17 Avril 2013 Cliquez ici.
– Voir aussi l’article publié le 26 Novembre 2014 dans l’express: Cliquez ici.

DES SOUPÇONS DE CORRUPTION DANS LE DOSSIER:

Les anti-privatisation en appellent au service anti corruption au vu des faits ci-dessus et du prix payé par le consortium pour emporter le marché ; LE DOUBLE DU PRIX ESTIMÉ !

Extrait du 20 minutes : « D’un point de vue économique ce dossier est curieux : en septembre cet aéroport valait 150 millions d’euros et d’un coup quelqu’un sort le chéquier pour payer le double, pourquoi une telle dépense», s’interroge Christophe Lèguevaques, l’avocat du collectif. »

Pour voir l’article : Cliquez ici

LIEN AVEC FRANCAZAL :

SNC Lavalin est le groupe qui à déjà obtenu la concession de Francazal pour 45 ans
Le consortium Sino-Canadien, dont fait partie SNC Lavalin, prévoit le triplement du trafic aérien Toulousain et le délestage de l’aviation d’affaire sur l’aéroport de Francazal.
On peut imaginer les nuisances d’un tel plan pour l’agglomération Toulousaine et Cugnaux en particulier.
– Bienvenue sur le site internet de l’Aéroport Toulouse Francazal: Cliquez ici.

LES DANGERS POUR L’INDUSTRIE AÉRONAUTIQUE ET LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE RÉGIONAL.

La création d’un hub va dans le sens de la rentabilité de l’aéroport pour les actionnaires.
Cette logique conduit à tripler le trafic et à faire de Blagnac une plateforme de transit.
Cette même logique est néfaste aux intérêts régionaux en conduisant à l’engorgement des pistes au détriment :
– D’Airbus industrie qui utilise les pistes pour ses vols d’essai.
– Du développement économique régional qui verra son accès diminuer et ne profitera pas de la manne économique généré par le transit.

CONCLUSIONS:

L’aéroport ainsi que les accès routiers et ferroviaires sont les artères de notre économie. Il est impératif de les préserver et les maintenir sous contrôle. La préoccupation principale du groupe Symbiose est et sera la rémunération financière des actionnaires. Il est important de pouvoir défendre nos intérêts économiques, nos orientations politiques et sociales en cas d’inévitables divergences.

 En ce moment, sont aussi en cours les privatisations des aéroports de Lyon et de Nice.
L’offre de prix généreuse pour l’achat de la concession de l’aéroport de Blagnac va sans doute booster le prix des deux autres aéroports. Les acheteurs ne sont pas des philanthropes et espèrent des gains à la hauteur de leurs investissements. Pourquoi abandonner ces gains à des financiers réfugiés dans des paradis fiscaux?

 Ce qui ressemble à une bonne affaire aujourd’hui pour l’état, peut s’avérer demain être une catastrophe économique et peut être même un scandale retentissant.

En tant que riverains nous pouvons craindre que les nuisances et la sécurité ne soient pas la préoccupation principale dans le développement démentiel d’un hub et du triplement du trafic aéroportuaire sur Blagnac et Francazal.

L'aéroport n'est pas à vendre

L’aéroport n’est pas à vendre

Nouvel appel à manifester contre la privatisation de l’aéroport de Toulouse Blagnac.

Samedi 14 mars prochain à 15h30, Place JEANNE D’ARC.

ANNEXES :

 LA MÉDIATISATION du dossier

Médiapart à été le premier média à dénoncer les transactions menées dans la plus grande opacité, au mépris de la démocratie avec le groupe Sino -Canadien et a révélé l’existence d’un pacte secret d’actionnaires.

On peut trouver aujourd’hui de nombreux articles dans les médias. Sans doute les relents de scandale et le contexte des élections départementales n’y sont ils pas étrangers. Mieux vaut tard que jamais.

 LES ACTIONS RÉCENTES:

10 Février, Les opposants au projet de privatisation de l’aéroport Toulouse-Blagnac poursuivent leur mobilisation pour tenter de contrecarrer le dessein de l’État de vendre ses parts au consortium Sino-Canadien
– Article dans la voix du midi: Cliquez ici
.

 lundi 16 février, le Comité d’entreprise (CE) de l’aéroport Toulouse-Blagnac a rendu un avis défavorable – et à l’unanimité – au rachat de l’aéroport par le consortium Sino-Canadien.
– Article dans la voix du midi: Cliquez ici.
 

 Autres liens:
– La Dépêche: Cliquez ici.
– Médiapart: Cliquez ici.
– La Voix Du Midi: Cliquez ici.
– 20 minutes: Cliquez ici.
– L’Express: Cliquez ici.

Marqué comme: , ,
admin

, Comité de rédaction de Servir Cugnaux
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Commentaires Clos.