La candidature ambiguë du maire sortant

Par • 28 Jan 2014 • Rubrique: Municipales 2014

Paré des couleurs de l’UMP, le rouge et le bleu, le maire sortant axe sa candidature sur la solidarité, une valeur revendiquée par la gauche.

En mouvement vers la droite

En mouvement vers la droite

On tentera peut-être  de vous convaincre que les couleurs choisies pour le visuel de son site internet et de son premier tract ne sont que l’association du bleu du Parti Radical de Gauche (PRG) et du rouge du Parti Socialiste, et que toute ressemblance – pourtant flagrante – avec le thème graphique de l’UMP est purement fortuite.

Il s’agirait donc d’une coïncidence ?

C’est difficile à croire, tant le maire a la réputation – justifiée – d’être maitre dans l’art de communiquer.

De plus, la lecture de sa déclaration de candidature laisse l’impression d’un manque : il n’y a pas la moindre mention d’une appartenance politique, ni la moindre allusion aux partis qui soutiennent cette candidature.

Un oubli ou une maladresse ?

C’est improbable. Le texte qui est soumis aux électeurs a été soigneusement préparé. Chaque mot a son importance.

En réalité, la déclaration du maire sortant est un chef d’œuvre de duplicité.

Le maire sortant est bien membre du PRG. Il a sollicité le soutien du PS, qui le lui accorde sans doute du bout des lèvres, et du PCF.

Le jeu du sortant

Le jeu du sortant

Mais voilà, au plan national, la gauche, conduite par le PS, n’a pas vraiment le vent en poupe. Elle est plutôt vent debout face à la grogne. Alors, pour éviter les effets négatifs que pourraient produire des soutiens encombrants, mieux vaut être discret : il sera toujours temps de sortir les logos si le besoin s’en fait sentir.

En outre, la situation locale invite à la prudence : il y a déjà trois candidatures annoncées, dont celle de Pierre Guérin, l’ex Rapporteur du budget de la commune, qui a refusé de cautionner une politique d’investissements irresponsables.

Aussi, convient-il de ratisser large et de faire un clin d’œil à la droite.

Par conséquent, il peut paraître avisé de donner à voir une image estampillée à droite, tout en envoyant des messages connotés à gauche.

Le maire sortant mésestime-t-il  ses concitoyens au point de les croire incapables de déjouer cette grossière mystification ?

La réponse à cette question sortira des urnes les 23 et 30 mars prochains.

Marqué comme:
admin

, Comité de rédaction de Servir Cugnaux
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Commentaires Clos.